Histoire du Graphisme

les origines du graphisme

Arts and Crafts

On considère généralement que le premier mouvement d’importance au sens «d’École» du design graphique est le courant Arts & Crafts. Il s’inscrit alors dans une Grande-Bretagne de la seconde moitié du XIXe siècle ayant déjà opéré sa révolution industrielle, et valorisera en réaction des productions artisanals.
Refusant la séparation des notions d’art et d’art décoratif (considéré comme art mineur) et travaillant à la mise à l’honneur du Moyen Âge comme source d’inspiration. Il s'apparente au courant «Préraphaélite», dédaignant le conformisme académique qui s’était placé sous le patronage symbolique du peintre de la haute-renaissance Raffaello Sanzio (dit Raphaël), lui préférera comme modèle ce prédécesseur du XVe siècle.
La Transfiguration, Raphaêl, 1518-1520
La Transfiguration, Raphaêl, 1518-1520,
Tableau archétipal de ce que refusent les préraphaélites, non pas tant par son sujet que par son traitement, grandiloquent et pompeux, éloigné d'une spiritualité "vraie".
Le chevalier miséricordieux, Edward Burnes-Jones, 1863
Le chevalier miséricordieux, Edward Burnes-Jones, 1863.
Basée sur une légende du XIe siècle, cette aquarelle teinté de mysticisme illustre aussi le style naturaliste des préraphaélites.
À l'origine du mouvement Arts and Craft, William Morris (1834-1896) créera en 1891 la Kelmscott Press. Cette maison d'édition démontre son engagement à retrouver des formes de graphies et de mises en page inspirées des incunables du XVe siècle.
Colophon signature des presses de Kelmscott, William Morris, 1891
Colophon signature des presses de Kelmscott, William Morris, 1891
Démarche globale, le mouvement Arts & Carfts en s'est pas uniquement préoccupé de design graphique. En témoigne l'importante production de Williams Morris en design textile ou encore l'influence qu'aura le mouvement sur le designer d'intérieur Gustav Stickley et les mouvement Craftman déclinant outre-atlantique les préceptes de Morris.
Le chevalier miséricordieux, Edward Burnes-Jones, 1863.
Basée sur une légende du XIe siècle, cette aquarelle teinté de mysticisme illustre aussi le style naturaliste des préraphaélites.
En parallèle, se constitura l'école de Glasgow que l'on peut rapproché de l'Arts and Carfts par son symbolisme et son romantisme mais qui sera d'avantage influencé par les estampe japonaise.
Maison de thé à Koishikawa, le matin après une chute de neige, no 11,  Hokusai, 1831-33 
Ce mouvement portera la question de la finalité de l’art plus loin que le mouvement des Arts and Crafts. Il Prône une séparation complète de l’art et de l’utilité, reprenant à leurs compte l'expression de l'art pour l'art du philosophe Victor Cousin en 1818. Parmis les travaux caractéristique de la periode nous pouvons citer, les illustration de Beardsley.
Beardsley pour la pièce Salomé d’Oscar Wilde; 1891.
En mêlant le style curviligne de l’Art nouveau aux formes contrastantes des estampes japonaises, il crée des dessins nouveaux, élégants et sensuels.
Ces dernière va permettre la création de nouvelles formes graphiques caractérisées par les aplats et les lignes.

l'Affichisme français et art nouveaux

Outre-manche, un pont avec l'Art nouveau naissant, Henri de Toulouse-Lautrec optera pour des gammes de couleurs plus restreinte la simplification des forme et une composition basé sur le contraste.
Danseuse de cancan et la foule noire en arrière-plan, tenancier du bouge à l'anatomie stylisé nous invitant à entré d'un geste découpé, Sous-vêtements complètement blancs où l'absence d'impression, c'est à dire le papier brute devient partie intégrante du dessin.
Répétions des mots «Moulin Rouge» sur l’affiche, Typographie imitant le rythme rebondissant de la salle de danse, les mots ici s’intègrent dans l’espace de l’affiche. Sans oublier la subjectivité de l'auteur, perceptible dans le traitement du visage de la danseuse, et son expression presque triste. Lautrec produit ici une représentation de la vie social des salles de danse parisienne, mêlant média commercial et expression personnel.
Moulin Rouge, la Goulue, Henri de Toulouse-Lautrec, 1891
Contemporains de Lautrec, Théophile Alexandre Steinlen marque aussi l'histoire de l'affiche avec La tourné du chat noir, reprenant les principes de l'aplat, élégance des forme et donnera lui aussi une dimension sociale et engagée à ses illustrations.
Tournée du Chat noir, Alexandre Steinlein, 1896.
Outre le travail graphique de la silhouette du chat, l'auréole qu'il porte détourne la devise royaliste  "Montjoye, Saint-Denis" en "Montjoye Montmartre"
Mais c'est Chéret qui inventera l’affiche moderne en privilégiant la perception globale, des gammes de couleurs chaudes et vives, un langage publicitaire optimiste, un graphisme souple et dynamique, enlevé.
Papier à cigarette Job, Jules Cheret, 1889
Parfaisant la fusion entre art-déco et affichisme, Alfons Mucha créera le «style Mucha» caractérisé par des figures féminines hiératique et statique, toujours au centre de ses compositions. Telle une icône, tête est souvent auréolée. Le traitement graphique de certain éléments, les cheveux, les vêtements contribue cependant à donner un aspect vivant et dynamique.
Mucha-Moët & Chandon Champagne White star et Crémant Impérial, Alphonse Mucha, 1899
Grasset (architecte de formation) s’intéressera aux arts décoratifs et à l’environnement. Il produira pour les édition Larousse, le notable monogramme de la semeuse en 1897. Proto-logotype synthétisant les enseignement de W. Morris et l'esthétique Art nouveau.
Monogramme "Je sème à tout vent" pour la libraire Larousse, Eugène Grasset, 1897
Ce mouvement s'épuise en France à partir du début du XXe. Mais sera perpétué avec la session viennoise et la revu Ver Sacrum ou la typographie deviens un élément majeur prenant valeur d'image et la remplace parfois au détriment de la lisibilité. Ce courant appelé Jugenstill peut être identifié comme le pendant et la continuation germanique de l'Art nouveau
Unes de la revue Ver Sacrum paru de 1898 à 1903 sous le patronage de Gustav Klimt et Max Kurzweil
En 1894, L'entreprise Tropon nomme Henry Van de Velde directeur de la publicité et de la conception graphiste. Réalisant une affiche promouvant un complément alimentaire protéiné : le Tropon, Van de Velde représente de façon très stylisé, des blanc d'oeuf séparé des jaune. Formé comme peintre en Belgique, van de Velde est fortement influencé l’Art nouveau d'Orta. Disciple du mouvement Arts and Crafts, il croyait au concept de design total - une union entre les beaux-arts et les arts appliqués. Au allure d'art nouveau, cette affiche marque en figurant sur son illustration le processus de fabrication du produit. Elle est en ce terme précurseur du modernisme fonctionnel.
Affiches Tropon, Henri Van De Velde, 1898, presenté ici dans ses deux version française et Flamande

la modernité

L’architecture, le design d'interieur et le design graphique commencent à partager les sensibilités modernes de l’abstraction. L’une et l’autre se sont influencées. Les travaux des architectes/designers Charles Rennie Mackintosh (1868-1928) et Frank Lloyd Wright (1867-1959) ont montré la voie d'une nouvelle géométrie. Le quadrillage et les motifs linéaires des mobilié de Mackintosh sont un exemple raffiné et presque excentrique de géométrie et d’abstraction.
Chaise Hill House, Charles Rennie Mackintosh, 1902
Architecte de formation lui aussi, Peter Behrens, est engagé en 1907  comme conseiller artistique de la plus grande entreprise de fabrication de matériel électrique de l'époque, Allgemeine Elektricitäts-Gesellschaft (AEG) à Berlin. Le travail de Behrens consistait à déterminer et à gérer l’identité d’AEG, de l’architecture au design industriel et graphique.
Usine de turbines par Perter Behrens (1909-1910), Berlin
Mais en tant que graphiste, il a établi une norme complètement nouvelle et un ton moderne pour le domaine en unifiant l’art et l’industrie. Outre le logotype de la firme, Behrens développe une police de caractères complète pour AEG, unifiant toute sa publicité. Ce qui fait de sont travail pour l'entreprise un des premiers exemple de charte graphique ou de design-system aboutis et complet
Logotype AEG, Peter Behrens, 1908.
Reflètant un pont entre art, symbolisme et industrie par son utilisation du motif en nid d'abeille.
la disposition entière de la page a la structure du logotype AEG, avec de petit cercles non seulement placés linéairement pour créer les lignes de la grille mais aussi espacés les uns des autres pour créer une image abstraite de la lumière

Graphisme et avant-garde : le modernisme

cubisme et influences

Aux expérimentations issues des Arts and Crafts et du succèdent de nouveaux mouvements qui poursuivent et radicalisent leurs innovations.
Elles reflètent les mutations du xxe siècle naissant.
Si travail et les écrits de l’artiste Paul Cézanne (1839- 1906) ont contribué à déterminer la direction que prendrait l’abstraction visuelle. L’accent qu’il a mis sur les formes de base - cylindre, sphère et cône - a eu un impact énorme dans le monde de l’art. 
La Montagne Sainte-Victoire vue de Bellevue, Paul Cézanne, 1885
La Montagne Sainte-Victoire, Paul Cézanne, 1904
Les graphistes, influencés par Cézanne, ont récupéré ces principes de simplification pré-cubiste. En témoigne la pratique du jeune designer Lucian Bernhard a et son approche réductionniste du graphisme. La proposition qu'il produira lors d'un concours pour les allumettes Priester ne présente plus que le produit annoncé, les allumettes et le nom Priester. Cette attitude d’«économie de moyens» continuera à fleurir, sous l’influence des influences politiques et culturelles, tout au long du reste du siècle.
La Montagne Sainte-Victoire vue de Bellevue, Paul Cézanne, 1885
L’artiste Pablo Picasso (1882-1973) a été très influencé par l’oeuvre et les paroles de Cézanne. Picasso a combiné l’apporoche de Cézanne avec son propre intérêt pour les qualités brutes et abstraites de l’art traditionnel africain. Les peintures et les sculptures de Picasso ont conduit au développement du cubisme, l’un des mouvements artistiques les plus influents du XXe siècle. Son tableau marquant Les Demoiselles d’Avignon mettait en scène des figures qui étaient décomposées en formes semi-abstraites. 
Picasso a montré ces formes figuratives sous plusieurs points de vue simultanément, remettant ainsi en question les notions établies de point de vue, de réalité, de temps et d’espace. Ce tableau a été achevé juste après la publication de la théorie spéciale de la relativité d’Einstein, qui explorait des théories de l’espace et du temps totalement nouvelles. Gertrude Stein (1874-1946), une amie proche de Picasso, a utilisé les mêmes théories de l’espace et du temps simultanés dans ses écrits. Le compositeur Erik Satie (1866-1925) a également adopté des concepts similaires dans sa musique, en revisitant les mêmes thèmes musicaux sous différents angles. Il a collaboré avec Picasso pour le ballet Parade. Les arts visuels, la littérature, la musique et la science évoluaient ets’influençaient tous les uns les autres.
Un autre artiste et ami, Georges Braque (1882-1963), a particulièrement apprécié la façon dont le cubisme a écarté toutes les techniques du passé (perspective, raccourcis, modélisation et clair-obscur, ou représentation
par contrastes clair-obscur) et a aidé Picasso à envisager un mouvement artistique entièrement nouveau.
Ensemble, Braque et Picasso ont peint une nouvelle réalité qui a laissé de côté les anciennes théories de l’art. Le cubisme n’imitait pas la nature. Sa nouvelle approche pouvait être appliquée à tous les arts, qu’ils soient beaux ou appliqués, leur donnant la liberté d’interpréter la forme et l’espace d’une nouvelle manière. C’était une rupture totale avec le passé et offrait la possibilité d’explorer la créativité d’une manière que les artistes n’avaient jamais expérimentée auparavant.